FP2E

RECHERCHE

Recevez les dernières
informations de la FP2E
Inscription

Flux RSS

 ACTUALITÉS RÉCENTES

Date de publication : 07/11/2018

 

Colloque organisé par l’AFITE : « Eaux usées, une ressource inexploitée ? »

 

 

 

fpe2

La FP2E a participé, le 25 octobre, au colloque organisé par l'AFITE en partenariat avec l'Ademe sur le thème de l'eau et de l''économie circulaire.

 

Intitulée « Eaux usées : une ressource inexploitée ? », cette journée, a permis aux acteurs de partager divers éclairages sur les solutions alternatives et les nouvelles technologies permettant la réutilisation des eaux usées traitées, ainsi que la valorisation énergétique des matières résiduaires après assainissement. Les facteurs, de nature technique, environnementale, économique, juridique, ou encore politique favorisant ou freinant la mise en œuvre de ces solutions ont été exposés.

 

Laurent BRUNET, Président de la Commission scientifique et technique de la FP2E, s'est exprimé à cette occasion sur le thème « Méthanisation des boues : facteurs de succès, blocage à lever pour la développer ». A la lumière de la vision de la fédération, portée dans le cadre du groupe de travail multi-acteurs formé par le Gouvernement au premier semestre 2018 pour accélérer le développement de la filière industrielle de méthanisation en France, Laurent Brunet a mis en exergue les éléments suivants :

  • La méthanisation des boues d''épuration est un atout pour atteindre les objectifs de la transition écologique en matière de production de gaz « verts » (production de biogaz à hauteur de 10% des volumes consommés au plan national d'ici à 2030).

    • La méthanisation des boues d'épuration est une filière mature au plan technique, et dynamique, dont les technologies sont maîtrisées et en fonctionnement sur de nombreux sites en France et à l''international.
    • Depuis l'autorisation de l'injection de bio-méthane issu de la méthanisation de boues dans les réseaux de gaz urbain en 2014, de nombreuses usines ont été équipées ou sont en passe de l''être (Strasbourg - La Wantzen [Alsace], Nantes - Petite Californie [Loire-Atlantique], Clos de Hilde [Gironde], Artois [Pas-de-Calais]), Lyon Feyssine, Marseille, Marquette-Lez-Lille, Carré de Réunion (Versailles), Tours, Annecy, Grenoble, Angers, Vienne, Quimper…
    • Cette solution, qui emporte l'adhésion de nombreux acteurs territoriaux, bénéficie d'une meilleure acceptabilité sociale que d''autres notamment du fait de la préexistence des usines d''épuration sur lesquelles elle peut être implantée.
  • La méthanisation des boues résiduaires urbaines est une solution avantageuse pour les collectivités locales et leurs services d''assainissement.

    • Au plan environnemental, elle contribue à l''atteinte des objectifs de rationalisation visés par la loi de transition énergétique :
      • Elle contribue à l''autosuffisance énergétique des installations de traitement des eaux usées.
      • Elle permet une réduction drastique du volume des boues de même que des nuisances environnementales liées à leur transport et leu devenir.
    • Au plan économique, la filière de méthanisation des boues constitue une source de revenus complémentaires pour les collectivités locales et leurs services d''eau et d''assainissement, qui peut être stratégique à l'heure où le développement d'une économie circulaire pérenne, de même que les défis patrimoniaux sont particulièrement prégnants pour les territoires :
      • La méthanisation des boues d''épuration permet une réduction des coûts d'exploitation découlant de la filière de traitement de ces matières organiques,
      • Les volumes de gaz produits sont une source d'énergie renouvelable qui peut être vendue aux réseaux locaux,
      • Les collectivités locales peuvent ainsi être dotées de revenus complémentaires.
      • La stabilité du gisement de boues résiduaires urbaines est un atout pour la pérennité économique des ouvrages de méthanisation.
  • La co-méthanisation constitue un potentiel indispensable exploiter et développer la filière de méthanisation

    • Les déchets organiques d'origines diverses (industrie agroalimentaire, déchets organiques domestiques) constituent un gisement additionnel important pour exploiter le potentiel de méthanisation des stations d'épuration
      • Le gisement brut des bio-déchets est estimé à près de 23Mt/an pour un potentiel énergétique de 14 TWh/an (ADEME).
      • 10% du gisement total des bio-déchets seraient potentiellement mobilisables par les collectivités sur les installations de méthanisation existantes, pour la co-méthanisation avec les boues d''épuration.
    • La co-méthanisation de bio-déchets d'origines diverses avec des boues d'épuration est un levier pour la viabilité économique pour de nombreux projets de méthanisation en stations d'épuration. Si les boues d'épuration constituent un « gisement socle », dont la production est stable, l'autorisation du mélange d'intrants extérieurs dans de nombreuses usines d'épuration de taille moyenne ou petite, permettraient à ces dernières d'accéder à la taille critique nécessaire à la viabilité économique des activités de méthanisation.

fpe2

Laurent Brunet a par ailleurs mis en évidence les freins actuels à la mise en œuvre de la co-méthanisation en France :

  • Des blocages d'ordre psychologique, qui doivent être dépassés
    • La méconnaissance du grand public à propos des boues d'épuration.
    • La crainte d'une dégradation des gestes de tri des citoyens si les bio-déchets sont ensuite co-méthanisés avec les boues, dont le fondement
    • L'éventuelle concurrence sectorielle entre le monde agricole et de l'assainissement
  • Une interprétation de la réglementation européenne plus restrictive en France que dans certains pays voisins
    • La co-méthanisation est une pratique généralisée dans plusieurs pays d'Europe comme l'Allemagne et le Danemark, notamment, de même qu'en Suisse.

 

Une démarche de sensibilisation auprès du grand public et du monde agricole favoriserait une meilleure acceptabilité sociale des projets de méthanisation, et notamment de co-méthanisation, dont l'opportunité est à l'étude sur la majeure partie des projets de construction ou de réhabilitation d'usines d'épuration.
La FP2E appelle à une concertation soutenue entre les parties prenantes visant à lever les freins au développement de la filière de méthanisation, et l'adoption d'une politique nationale affirmée pour conjuguer toutes les voies permettant d'atteindre les objectifs de la transition énergétique.